29 juillet 20h30 trio flûte-violoncelle-piano

 

 

29 Juillet à 20h30 : Château de la Motte à Usseau

  trio flûte-violoncelle-piano: Olivier Lusinchi - flûte, Anna Mikulska - violoncelle, Philippe Argenty - piano

 

 

Cet été, le Duo Fortecello (Anna Mikulska – violoncelle & Philippe Argenty – piano) invite dans la série « Duo Fortecello and Friends » le flutiste concertiste châtelleraudais Olivier Lusinchi. Ce flûtiste à la longue trajectoire musicale est bien connu du public, notamment pour la création du Festival Automne Musical et son poste de professeur au Conservatoire de sa ville d’adoption.
Dans cette formation, la flûte mène le chant de ce trio avec douceur et délicatesse dans des oeuvres originales ou transcriptions. C’est une occasion d’écouter des compositeurs méconnus mais qui gagnent à être découverts.

 

La réputation musicale de Carl Maria von Weber (1786-1826)- élève de Mickaël Haydn et de l’abbé Vogler à Vienne, Weber a poursuivi une carrière de chef et de directeur musical à Breslau, Prague, Berlin et Dresde- est due essentiellement à ses deux opéras « Le Freischütz » et « Oberon » ainsi qu’à quelques autres œuvres comme les concertos pour clarinette. A côté d’une production par ailleurs non négligeable mais largement inconnue à ce jour, Weber composa seulement trois œuvres de musique de chambre, un quatuor avec piano, un quintette avec clarinette et ce trio opus 63 pour flûte, violoncelle et piano.
Ce trio a été composé en 1819 alors qu’il était directeur musical à Dresde.
Le premier mouvement, allegro moderato, est davantage moderato qu’allegro et baigne dans une atmosphère de mélancolie et de contemplation.
Suit un court et martial scherzo (jeu)
Le troisième mouvement « lamentation du berger », dans la tradition française de la pastorale évoque une scène rustique dans laquelle un berger solitaire s’épanche sur sa flûte.
Le quatrième mouvement, allegro, montre le goût de Weber pour la mélodie et l’invention.

 

Louise FARRENC (1804-1875) est la fille de Jacques-Edme Dumont et la sœur du sculpteur Auguste Dumont.
Elle entreprend des études de piano avec Anne Soria, une disciple du compositeur Muzio Clementi, puis avec Antoine Reicha, professeur au Conservatoire de Paris, qui lui enseigne l'écriture musicale (harmonie, contrepoint). Ignaz Moscheles et Johann Nepomuk Hummel lui ont également donné des leçons de piano.
En 1821, elle épouse le flûtiste, compositeur et éditeur de musique marseillais Aristide Farrenc (1794-1865). Conscient des dons exceptionnels de sa jeune épouse, il lui consacre ses activités musicales en créant notamment les Éditions Farrenc et devient rapidement son impresario. Entre 1842 et 1872, Louise Farrenc enseigne le piano au Conservatoire de Paris, où elle finit par obtenir un salaire égal à celui de ses collègues masculins.
Les plus grands musiciens de son temps l'ont soutenue, tel le violoniste Joseph Joachim qui a participé à la création en 1850 de son Nonette pour cordes et vents en mi bémol majeur. Elle a eu l'honneur d'entendre en 1849 sa Troisième Symphonie, op. 36, exécutée par le prestigieux orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire.
L'œuvre de Louise Farrenc reste largement méconnue. La raison principale en est sans doute que la compositrice s'est essentiellement consacrée à la musique instrumentale et n'a jamais composé d'opéra alors que ce genre était très prisé en France, surtout au XIXe siècle.(wikipédia)
Le trio en mi mineur opus 45, composé durant les années 1861/1862 est sa dernière composition de musique de chambre. Il comporte 4 mouvements : 1- Allegro suivi de Piu moderato ed espressivo
2- Andante 3- Scherzo 4- Finale Presto

 

www.duofortecello.com

 

 

 

 

 

 

INFORMATIONS & RESERVATIONS :

06 51 30 35 75

Mail : lesclesduclassique@gmail.com

Réagir


  • CAPTCHA

Calendrier

« Septembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Livre d'or

Espace Membre

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de Les Clés du Classique